samedi 30 juin 2012

Je vous présente #2 : la crevette

Souvenez vous ! Il a quelques mois, quand j'ai démarré mon blog, je vous présentais ma petite famille. Aujourd'hui, je vous présente la dernière arrivée dans la famille : la crevette !

Interview !

Bonjour la crevette, 
Vous êtes la fille de Maman est au musée, dernière arrivée à la maison, comment vivez-vous votre statut de bébé et petite soeur ?

Salut ! Bah écoute, ça se passe plutôt bien. Je commence à obtenir des résultats avec mes parents ! Bientôt 5 mois que je leur apprends à obéir à mes cris stridents. Ça commence à bien fonctionner. Quand ma mère me pose, je hurle. Quand mon père me couche, je hurle. C'est simple et efficace !

Et vous n'avez pas l'impression d'en faire un peu trop ? Vous n'avez pas peur qu'ils craquent ?

Craquer ? Mais nooon ... Il faut qu'ils comprennent. Je suis la plus petite, j'avoue que je ne sais pas prononcer autre chose que "Aaaaah euuuuhhh...". Alors je me rattrape comme je peux. Et puis, je sais comment me faire pardonner. Je leur lâche quelques sourires, et hop, le tour est joué ! Les voilà tous gagas !

Diriez-vous que vous êtes bien traitée dans cette famille ?

Et bien, dans l'ensemble, je n'ai pas à me plaindre. Depuis que je suis arrivée, mes parents font tout pour me mettre à l'aise. Je me sens un peu comme une vedette. Mais je dois dire que je suis un peu déçue de mes repas. Les menus ne sont pas très variés. Lait lait lait ! Enfin, j'ai quand même entendu parler de purées et de compotes. Je crois que je vais bientôt pouvoir m'éclater un peu plus gustativement parlant !

Nos lecteurs voudraient vous connaître un peu plus. Que faites-vous de votre temps libre ?

A par hurler vous voulez dire ? Je regarde autour de moi, j'observe mon frère et mes parents. Il faut dire que ma vue s'est grandement améliorée. A un moment j'ai eu peur de devoir porter des lunettes comme mes parents ! 
Il y a aussi ces animaux morts multicolores que l'on agite devant moi régulièrement, ça passe le temps. Mais je trouve ça un peu glauque ...
J'ai aussi une super balancelle avec stéréo intégrée. Je peux me la péter grave dedans !
Ma dernière découverte ? Mes mains ! C'est trop génial comme truc : c'est plein de doigts, ça bouge et c'est toujours à disposition pour mettre à la bouche. J'adore !

Si vous aviez un message à passer à vos parents, qu'est-ce que ce serait ?

Je leur dirais de continuer comme ça. Et d'arrêter d'essayer de m'avoir avec leurs feintes ridicules quand ils me mettent au lit. Oui, je vous entends quand vous sortez sur la pointe des pieds de ma chambre ! Pourquoi je hurle à votre avis ? Gardez moi avec vous dans votre chambre, ça vous évitera des allers-retours ! Moi je dis ça, je dis rien ...

Et bien, merci la crevette pour cette intéressante interview !

vendredi 29 juin 2012

Instants de douceur #2


Ouvrir les fenêtres ce matin,
Sentir la fraîcheur sur mon visage ...
Respirer l'air parfumé de mille odeurs,








Se servir un cappuccino,
Le siroter doucement ...
Savourer la mousse,
Se sentir gourmande ...






Échanger un sourire avec sa fille,
Lui faire des bisous dans le cou ...
Respirer son odeur de bébé,
L'aimer comme une mère peut aimer,
Etre bien ...







D'autres instants de douceur chez Parler de ma vie ...

mercredi 27 juin 2012

Atelier cuisine et chocolat - Mercredi gourmand #1

Ce weekend, nous avons profité d'un dimanche pluvieux pour nous lancer dans un petit atelier cuisine en famille. Le crapaud a enfilé son tablier. Et c'est parti ! Je te dévoile la recette de mon gâteau au chocolat préféré :
(oui, ami lecteur, je suis d'humeur à te tutoyer aujourd'hui... Il faudra t'y faire ! ^^)

Il te faut :
  • 4 oeufs
  • 250g de sucre
  • 200g de chocolat pâtissier
  • 125g de farine
  • 20cl de crème fraîche


Nous avons commencé par faire fondre le chocolat. 
Tu peux le faire soit au bain-marie, soit comme nous au four à micro-ondes en ajoutant une cuillère d'eau.




Pendant ce temps, nous avons mis nos oeufs dans un saladier. Nous avons même réussi à faire un bonhomme ! Trop cool hein ?




Ensuite nous avons ajouté le sucre et battu le mélange pendant 2 à 3 minutes.









Puis, nous avons ajouté le chocolat fondu,

(J'adore quand la pâte se colore progressivement d'une belle teinte chocolatée !)










suivi de la farine,


(attention aux grumeaux !)








et tu fais comme le crapaud, tu n'oublies pas de mélanger !!! Allez, on se muscle les bras !




Et enfin la crème fraîche !

Ah bah oui, c'est un gâteau au chocolat, pas un gâteau de régime !






C'est beau hein ?

J'ai beurré un moule à manquer pendant que le crapaud mélangeait soigneusement la pâte.

Hey c'est pas lui qui a fait tout le boulot !









Puis, nous y avons versé la préparation.

Moi j'ai choisi un moule rond, mais si t'as d'autres formes, ça peut être sympa aussi ! Par contre je te déconseille le moule à cake, si tu ne veux pas manger un pâté au chocolat ...







Le four avait été préchauffé à 150°. Il ne restait plus qu'à y placer notre préparation pendant environ 40min.


Tu patientes ... encore ... encore un peu ... et tadaaaa !!!





Et voilà le résultat ! Nous nous somme régalés. 

Attention, ce gâteau au chocolat n'est ni léger, ni diététique ! 
Il s'adresse uniquement aux gourmands !
Je le prépare souvent comme dessert, accompagné de crème anglaise ou d'une boule de glace.
A toi de tester maintenant ! 

C'était aussi ma première participation aux mercredis gourmands d'Anne-Laure T !


samedi 23 juin 2012

La reprise : le bilan !

Cette semaine a sonné l'heure de la reprise. Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin ! Mais le crapaud, qui avait sûrement peur que je m'ennuie, m'avait réservé une surprise pour mon retour au travail : de la fièvre !


Le dimanche, après plusieurs jours de réflexion (voir ici), nous avions enfin trouvé notre sortie en famille : petit restau, suivi d'une balade au bord d'un lac. Mais dès le repas, nous avons trouvé le crapaud un peu fatigué et les yeux rouges. Nous avons tout de même tenté la balade, mais au bout de 10min, nous avons fait demi-tour. Plus de doutes le crapaud ne va pas bien ! Arrivés à la maison, verdict : 39,5° de fièvre. J'ai passé ma journée de lundi chez le médecin puis garde-malade à la maison. Pas terrible pour un dernier jour de congé maternité !

J'ai donc pris la route du boulot mardi matin, le coeur serré, après avoir déposé les deux loustics chez la nounous. Heureusement que cette dernière a accepté de me garder le grand, même malade. Je me serais mal vue demander un jour de congé avant même d'avoir commencé ! 

Au final, la journée s'est bien passée. La reprise s'est faite en douceur. Un poids de moins pour moi ! (J'étais inquiète pour le crapaud.) J'ai retrouvé mes collègues et très vite mes habitudes. Cinq ans dans le même musée, ça ne s'efface pas en 4 mois de congés maternité ! Bien sûr le rythme est plus intense le matin et le soir. Ma puce me manque un peu, mais c'est un tel bonheur de la retrouver le soir et de profiter d'elle et de son frère. Je change d'air pendant la journée et ça me fait du bien ! 

Le crapaud a fini par guérir, la semaine s'est terminée calmement. Hier, il a pu participer à la journée sportive de l'école. Il était content d'emmener son pique-nique et il est revenu avec sa médaille ! Ça aurait été dommage qu'il rate cette journée.



Le weekend commence, je ne travaille pas et je compte bien en profiter ! Bon weekend à tous !!!

jeudi 21 juin 2012

Confier son enfant



Reprendre le travail, c'est confier son enfant à une nounou, à une mamie, à la crèche... J'avoue que je n'ai jamais eu de problème à le faire. Mon premier a été gardé chez une assistante maternelle à l'âge de 3 mois. Et dès le premier jour, au travail, tout le monde venait me voir avec un regard compatissant en me disant : "Alors ... pas trop dur de laisser son bout de chou ?". Je crois que les gens n'attendaient qu'une seule réponse de ma part "Oui c'est dur ..." et peut-être quelques larmes aussi. Le hic c'est que j'étais sereine. Je fais totalement confiance à ma nounou. Pourtant, leurs remarques m'ont presque fait culpabiliser. Quoi, ce n'est pas normal d'être confiante et rassurée ? Je devrais m'en faire ? Je suis une mauvaise mère ? 

Ce que je pense, c'est que chacun réagit à sa façon. Certains seront déchirés de laisser leur progéniture, et on dira d'eux qu'ils les couvent trop ! Quant aux autres, il s'en iront sans inquiétude ni angoisse, et on dira d'eux qu'ils sont indifférents ou qu'ils n'aiment pas leur enfant.

J'aimerais juste parfois que les gens arrêtent de penser que tout est acquis et que les choses doivent se dérouler d'une certaine façon. Alors oui, je viens de confier ma puce à sa nounou, mais non je ne m'en fais pas. Je sais qu'elle est entre de bonnes mains. Je suis heureuse de reprendre le travail.

Pour moi, confier mes enfant à une autre personne, ce n'est pas les abandonner. Je sais que je les retrouverai le soir. Ils vont découvrir de nouvelles choses, côtoyer de nouvelles personnes... Ils vont s'y créer un univers qui est le leur. Les liens avec leur nounou sont forts. Nous avons la chance d'en avoir une qui est super. Sans cela, ça aurait peut-être été plus difficile. Mon grand est toujours très content d'y aller et je suis sûre que la petite s'y plaira également.

Alors vive les supers nounous et fini de culpabiliser !




vendredi 15 juin 2012

On fait quoi ce weekend ?



"On fait quoi ce weekend ?" Cette petite phrase pourtant bien anodine, est régulièrement responsable de disputes à la maison. Oh rien de grave, rassurez vous ! Mais quand même ! Les weekends libres sont tellement rares ici, entre l'emploi du temps de monsieur, celui de madame, et les enfants. Alors quand se profilent à l'horizon, une, voire deux journées de disponibles, ça tourne vite au dilemme.

Monsieur propose de faire "quelque chose". Je lui réponds "oui mais quoi ?". Des tas d'idées nous passent par la tête. Je commence à regarder sur internet ce que l'on pourrait organiser. Mon homme commence à critiquer ma façon d'organiser ! J'organise trop il paraît ! On n'arrive pas à se mettre d'accord sur une activité : balade en forêt, visite d'un château ... On réserve une chambre d'hôtes et on part 2 jours ? Oui mais avec la petite, ce n'est pas un peu trop ? Les questions fusent ! Les réponses se font moqueuses ! La dispute est enclenchée !

Je ne sais pas pourquoi, mais ça se passe presque toujours comme ça. Trop de liberté d'un coup et on ne sait plus où donner de la tête ! Au final, soit on réussit à se mettre d'accord (un des deux a fini par céder) ; soit on argumente trop longtemps et il est trop tard pour bouger. On est alors super déçus et on se fait la tête. 

La discussion de cette semaine a commencé hier soir. Pour l'instant, rien n'est joué ! L'idée du weekend sur 2 jours a été abandonné. Le débat reprendra ce soir. Qu'est-ce qui en sortira ? Verdict dans 2 jours !

Et chez vous comment ça se passe ? Vous faites quoi ce weekend ?

mercredi 13 juin 2012

Instants de douceur - Dites-le avec des fleurs

J'ai découvert ce matin une jolie idée proposée par P'tite fée. Je me joins à elle pour vous envoyer un peu de douceur, pour bien commencer ce mercredi.


Lundi, mon homme m'a offert ce joli bouquet de pivoines. Je les trouves superbes ! Elle s'ouvrent un peu plus chaque jour et libèrent leur doux parfum dans mon séjour. Je ne me lasse pas de les observer et d'y plonger mon nez. Tellement simples, mais tellement belles ... Merci mon amour !


D'autres instants de douceur chez P'tite fée ...

mardi 12 juin 2012

Survivre (ou pas) à une séance d'accrobranche

Ce message s'adresse aux filles qui comme moi sont peu (ou pas) sportives. Oui toi là-bas derrière ton écran, qui n'a jamais fait d'accrobranche et qui se dit "je ne suis pas sûr que ce soit fait pour moi", "je ne sais pas si j'y arriverais", "c'est réservé aux sportifs non ?". Et bien, suis mon conseil, si jamais un jour on te propose de jouer à Tarzan et Jane dans les arbres, fuis !!! Trouve une excuse : "Je peux pas, j'ai piscine". Cours très vite et ne te retourne pas ! Enfin, c'est ce que j'aurais du faire samedi dernier ...

Et non, l'accrobranche ne ressemblera pas à ça pour toi :


Quand on m'a proposé de faire de l'accrobranche lors d'un enterrement de vie de jeune fille. Je n'étais pas plus que ça emballée. Et puis, le temps aidant, je me suis faite à l'idée et je me suis dit qu'il y avait une première fois à tout. Ça ne devait pas être aussi difficile que ça en avait l'air.

Le jour venu, nous étions 4 à tenter l'expérience : la future mariée, 2 amies à elle (plutôt sportives) et moi (tu peux m'appeler le boulet !). Deux autres filles étaient chargées des photos pour cause de grossesse et de vertige. Ce qui me rassurait un peu c'est que la future mariée avait peur comme moi.

On a commencé par le mini parcours d'initiation, histoire de connaître les règles de sécurité et de tester nos harnais. Pour l'instant tout va bien. Puis, nous voilà partis vers le parcours violet. Il y a 5 niveaux : vert (facile), violet, bleu, rouge et noir. Le problème avec le parcours violet, c'est qu'il est rempli de gamins apeurés et que ça n'avance pas. Après une demi heure d'attente vaine et de nombreuses phrases convaincantes des deux amies sportives, on finit par tenter le bleu, où il n'y a presque personne. 
Erreur !!! Ne jamais choisir un parcours au dessus de ses capacités ! Jamais !!!

Et là, le parcours du combattant a commencé ... Première épreuve (à 3m du sol), petit vertige ! Ça commence mal. J'ai trop peur en fait. Je suis la dernière, les 3 autres se sont déjà lancées. Ce n'est plus le moment de reculer. Je me lance ! Et finalement, je ne m'en sors pas si mal au début. Le vertige disparaît. Les passages ne sont pas si compliqués. 

Mais plus on avance, plus ça monte et plus ça se corse. Le vertige revient par intermittence. Les efforts à fournir sont de plus en plus intenses. Et à mi-chemin, si j'avais pu redescendre, je l'aurais fait ! "Elle est où l'échelle ? Y en a pas ? Ok ..." Je n'ai pas le choix, je m'accroche en priant que le calvaire se termine bientôt.


Arrive l'épreuve finale ! Une tyrolienne qui nous propulse dans un filet qu'il faut ensuite remonter pour atteindre la dernière plateforme. Je me lance, pas rassurée du tout ! J'atteins le filet (jusque là tout va bien). Sauf que cette dernière épreuve est la plus physique ! Et j'ai déjà tout donné avant ! Je n'en peux plus. Mes bras n'ont plus de force. Impossible de grimper !!! Je suis coincée ...


Un membre de l'équipe a beau essayer de me rassurer et de m'encourager. Rien n'y fait ! "Il faut que vous y arriviez ! Je ne pourrais pas vous faire descendre ici ! Vous n'avez pas le choix !" C'est hyper rassurant hein ? Après quelques minutes d'efforts infructueux, de transpiration et de désespoir, le jeune homme me dit de lâcher et que sa collègues me descendra sur la plate forme précédente. La fin du calvaire pour moi ! 

Les nerfs et la peur aidant, c'est une maman en pleurs qui est redescendue en rappel. Pfffiouuuu !!!

Quelle expérience ! Une partie de moi est fière de l'avoir tenté, fière d'avoir surmonté ma peur. Une autre partie me chuchote à l'oreille que je ne suis pas prête de recommencer. Trois jours après, je suis toujours pleine de courbatures et mes bras sont remplis de bleus. Si je dois y retourner, je me contenterai du parcours facile. J'ai vécu une aventure, c'est sûr, mais à quel prix ! J'ai juste eu l'impression de me forcer et c'était loin d'être du plaisir. L'accrobranche, ce n'est pas fait pour moi !!!

mardi 5 juin 2012

Fin du congé maternité : entre joie et tristesse

Le retour au musée est dans deux semaines, et après bientôt 4 mois de congé maternité, il est temps de faire le point. 

Tout a commencé de façon assez brutale. J'ai accouché à 34sa, soit une semaine avant le début officiel de mon arrêt. J'ai du rester 11 jours à la maternité, avant de pouvoir rentrer à la maison avec ma petite puce. Pourtant j'ai vite récupéré de ces évènements. J'avais fini ma grossesse très très fatiguée, j'ai commencé ma nouvelle vie de maman (pour la 2ème fois) en pleine forme !


Les 4 mois qui viennent de s'écouler, j'ai l'impression de les avoir vécu pleinement. J'ai profité un maximum de ma crevette d'amour. J'ai pouponné, câliné, râlé, aimé ... Ce temps m'a aussi permis de profiter de mon crapaud et de faire avec lui des choses que je n'aurais pas faites en travaillant : accompagnement de la sortie scolaire et atelier cuisine à l'école. Je suis allée le rechercher presque tous les midis pour lui éviter la cantine. 

Mes weekends étaient libres ! Car, quand on travaille dans un musée, les samedis et les dimanches se passent au boulot. 

J'ai essayé au mieux de concilier ma vie de maman de deux enfants et ma vie de femme. C'est souvent compliqué. Je sens que mon homme et moi, nous nous sommes un peu éloignés, un peu perdus depuis la naissance. J'espère que c'est temporaire et que nous allons bientôt nous retrouver et réussir à prendre plus de temps pour notre couple.

Bref, tout est passé trop vite, mais j'ai adoré ces moments.

Aujourd'hui, j'hésite ... J'hésite entre la tristesse de laisser ma puce et d'abandonner mon temps libre, et la joie de reprendre un rythme plus actif, de retrouver mes collègues que j'adore. J'ai peur de ne plus avoir autant de temps pour le blog, de perdre ce contact si précieux ♥ que j'ai avec vous. Cette communauté de blogueuses est devenu mon quotidien depuis 4 mois. J'y ai pris tellement goût ! Chaque jour, vous lire et vous parler est une bouffée d'oxygène, un besoin même ! Alors c'est promis, je vais continuer à écrire ce blog et à partager avec vous. J'aurais sûrement de nouvelles aventures à vous raconter. Je vous parlerai de ce boulot qui parfois m’exaspère, mais que j'aime.

Je vais retrouver un quotidien encore plus speed, mais je sais que c'est le bon moment. Etre maman à la maison, c'est un bonheur, mais pas à long terme pour moi. J'ai besoin de me retrouver ailleurs, de me construire dans mon travail, dans mes relations extérieures. En restant à la maison, j'ai tendance à me renfermer sur moi-même. Alors, pas de larmes, pas de regrets ! Car c'est la vie que j'aime qui m'attend là-bas !!!

lundi 4 juin 2012

Mon weekend : fête des voisins VS fête des mères

Certains d'entre vous attendaient avec impatience le récit de mon weekend, et plus particulièrement de ma fête des voisins, plutôt agitée. Oui oui, vous les curieuses ! Et bien, vous aurez ma fête des mères en bonus.



Chapter One : La fête des voisins 

J'habite dans un petit lotissement de 5 maisons, dans un petit village. Cette année, mes voisins d'en face nous ont proposé d'organiser la fête des voisins le samedi midi. Au programme : apéro et barbecue ! Ce sont donc eux qui ont invité les voisins et quelques amis du village. Je ne savais pas qui avait été convié, mais la journée s'annonçait sympa, le soleil étant de la partie.

On installe des tables directement dans la rue, sans boucher le passage quand même. On habite dans un cul-de-sac, donc les enfants pouvaient jouer autour de nous sans problème. L'apéro est servi, on trinque ! Quelques minutes après, arrive un taxi ambulance. [Il faut savoir que la dernière voisine arrivée il y a peu dans le quartier, marche avec des béquilles et se déplace régulièrement à ses rendez-vous médicaux en taxi.] La voisine sort de chez elle, et c'est là que tout s'emballe ! Le taxi, ne voulant pas nous déranger, s'est garé un peu plus bas dans la rue. Je précise qu'il avait la place pour passer ! Mais ce sympathique jeune homme (le pauvre ne savait pas ce qui l'attendait !) ne veut pas nous embêter et nous souhaite un bon appétit. 

Je disait donc que la fameuse voisine sort de chez elle, assez furax. Gloups ! Il semble qu'elle et son mari n'ont pas été conviés à la fête. Elle marmonne dans notre direction que c'est honteux, que c'est un manque de respect, qu'elle est handicapée et qu'on la force à marcher. Et là, elle déboule au milieu de notre petit groupe en parlant de façon assez agressive : "Quand on fait la fête des voisins, on invite tous les voisins !!! On a même pas été invités ! Merci !!! Oui c'est à vous que je parle !!! ..." On fait tous de gros yeux ronds à ce moment là. Déjà on ne savait pas qu'ils n'avaient pas été invités et puis on ne s'attendait pas à ça. Si elle avait des mitraillettes à la place des yeux, on serait déjà tous morts ...

Ma voisine d'en face commence alors à lui répondre : " C'est moi qui ai organisé tout ça ! Laissez moi parler !!! Si je vous avais invité, d'autres ne seraient pas venus ! Et vous le savez très bien !" Le ton monte ... La discussion s'échauffe ... J'ai l'impression qu'elles vont se sauter à la gorge ! Pendant ce temps, le chauffeur de taxi, qui lui aussi fait des yeux ronds, doit regretter de ne pas s'être garé devant chez elle. 

Pour la petite histoire, ces nouveaux voisins ont réussi à se mettre à dos une partie du quartier avant même d'avoir emménagé. Et ils sont en froid avec leurs anciens voisins, qui sont, comme par hasard, des amis de ma voisine et sont tous invités ce jour là. Bref, elle tombe vraiment mal là !

- Vous dites que c'est la fête des voisins, mais vous n'invitez pas tout le monde !!! Et eux là ! C'est même pas des voisins, qu'est-ce qu'ils font là !!!
- C'est des amis ! J'invite qui je veux !!!
- Alors c'est pas la fête des voisins !!!
- Ok, c'est la fête des amis ! Et c'est tout ! Si ça vous fait plaisir !!! C'est la fête des amis !
- Ouais ouais !!!

Et la voisine furax finit par aller vers son taxi, tout en continuant de se disputer avec l'autre voisine. Avant de disparaître à l'intérieur, suivi de son fils et du jeune chauffeur tout gêné.

Oh my god !!! Pour notre première fête des voisins, on a fait fort ! Chaleur et scandale ! Ça a alimenté nos conversations pendant un bon bout de temps. Et quand la voisine est rentrée de son rendez-vous, elle s'est arrangée pour que le chauffeur la dépose derrière chez elle, pour nous éviter. Je crois que ça valait mieux pour tout le monde. La journée s'est finalement finie plus calmement qu'elle n'avait commencé. Je crois qu'on ne s'est pas fait une nouvelle amie ce jour-là !


Chapter Two : La fête des mères 

La journée de dimanche fut remplie de bonheur. Mon petit crapaud était tout fier de m'offrir le joli collier qu'il avait préparé pour moi. Il m'a ensuite récité un joli poème, qui je l'avoue m'a ému jusqu'aux larmes !  


Pour toi, j'ai fait ce collier
Il te plaira j'espère.
Mais je sais que tu préfères
Un collier bien plus beau,
Un collier bien plus doux,
Mes deux bras autour de ton cou. 
Bonne fête, Maman !

Tellement d'amour que ça rattrape toutes les fêtes des voisins du monde entier ! 
Je vous aime mes deux coeurs chéris ! 



samedi 2 juin 2012

Les fées se sont penchées sur son berceau [déco]

Cette nuit, notre choupinette a passé sa première nuit dans son lit à barreau. Fini le berceau de nouveau-né ! Je ne résiste pas à vous montrer sa chambre. La déco n'est pas terminée, mais quelques éléments sont déjà en place.


J'ai longtemps recherché THE sticker ! Celui qui me donnerait le coup de coeur ! J'ai finalement trouvé ces petites fées et je ne suis pas déçue. Elles vont pouvoir veiller sur le sommeil de ma crevette. J'en ai encore d'autres à coller, je les installerai quand mon homme aura fixé l'étagère.

La demoiselle a aussi hérité du mobile Winnie de son grand frère, qui ne détonne pas avec le reste je trouve.

Trois murs sont roses, et un violet. Des couleurs de fille quoi !


Il ne me reste plus qu'à lui trouver un joli tour de lit, un ou deux bacs de rangements ... et la prochaine fois je vous montre toute la chambre !

Vous aimez ?


vendredi 1 juin 2012

Quand la poubelle à couches joue les rebelles ! (du test inside)


Depuis la naissance de la crevette, nous avons acquis la fameuse poubelle à couche ! Sans citer de marque, je te laisse deviner de laquelle il s'agit ...

Il faut dire qu'elle nous faisait de l'oeil depuis un certain temps déjà. Les odeurs suspectes émanant de la poubelle classique ont aussi fortement influencé notre décision. On s'est quand même interrogé pendant quelques semaines avant d'enfin sauter le pas ! Après un après-midi de courses comme les autres, nous sommes rentrés tous fiers avec notre nouvelle amie, la poubelle à couches ! Tadaaaaa !!!

A chaque nouvelle acquisition, il y a toujours cette petite pointe d'excitation qui nous rend un peu impatients. Vite vite, on l'installe ! Comment ça marche ? Vas-y ouvre le carton ! T'as vu comme elle brille ??? Mais pourquoi on a attendu aussi longtemps avant de l'acheter !!!

Et puis, après très peu de tâtonnements (la mise en service est très simple : tu places ton sac, et le tour est joué !), la voilà installée dans la salle de bain, au pied de la table à langer. Le système n'est pas compliqué : tu places ta couche dedans, tu l'enfonces grâce au couvercle de la poubelle, et tu tournes. 

Et puis, en l'utilisant, on s'est vite rendu compte que notre nouvelle amie était une petite peste un peu rebelle ! D'abord, elle est plutôt basse. Je suis obligée de me pencher beaucoup pour l'utiliser. Qu'est-ce qu'ils croient chez Biiip ? Qu'on mesure tous moins d'1m20 ? Et pourtant je ne mesure qu'1m60, alors imaginez mon homme qui fait 1m88 ! Quand j'essaie de faire fonctionner le système avec la puce dans les bras c'est encore plus galère ... Et puis, d'une main, c'est presque impossible à tourner ! Il me semble pourtant que ce n'est pas conseillé de lâcher son bébé quand il est sur la table à langer ? Une fois sur deux, je m'énerve contre ce bout de plastique récalcitrant. 
Enfin, les recharges de sacs coûtent cher à mon goût. La poubelle est très vite pleine ! Je sens que ça va nous coûter un bras cette histoire ...

Pour sa défense, la poubelle à couches remplit complètement son rôle de base, c'est à dire éviter les mauvaises odeurs. Depuis qu'on l'utilise à la maison, finis les parfums douteux dans la salle de bain. De ce côté là, c'est efficace à 100% !

Alors si je devais donner mon avis sur cette petite peste merveille de la technologie, je dirais que le système est simple, pas de prise de tête. Les odeurs disparaissent complètement. Mais elle est trop basse à mon goût et j'aurais aimé pouvoir l'utiliser d'une seule main sans lâcher et quitter mon bébé des yeux.

Et toi, t'en penses quoi ? Amie indispensable ou petite peste rebelle ? ;)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...